USA, presse, actionnaires

La rentabilité moyenne des journaux est de 20 %. Mais cela ne suffit pas à Wall Street qui demande toujours plus de croissance. Résultat : les cours des entreprises de presse ont baissé d'environ 20 % depuis le début de l'année.

Pour satisfaire la Bourse, les gestionnaires essaient de réduire leurs coûts, en supprimant des emplois. Selon le magazine professionnel Editor & Publisher, 1 900 emplois ont été supprimés depuis le début de l'année. Le Los Angeles Times vient d'annoncer un plan de départs, après le New York Times, le Chicago Tribune, le Philadelphia Inquirer ou le San Jose Mercury News (deux des principaux titres de Knight Ridder).

M. Morton n'est pas inquiet : "La plupart de ces journaux ont des effectifs au-dessus de la moyenne, ça ne devrait pas avoir d'effets sur leur qualité", dit-il. Dante Chinni, du Comité pour l'excellence dans le journalisme, est plus préoccupé : "Le nombre de journalistes spécialisés baisse et ça diminue, de fait, le nombre de sujets qui sont couverts. Les lecteurs se rendent compte de ce genre de chose."

Lu sur LeMonde.fr.

Où comment en quelques mots on devine ce qui prime le plus. On ne fait pas dans la charité mais au lieu de se dire "pourquoi", on préfère se demander "comment" ... comment faire pour que ça ne change pas.