colorblind-applet : des filtres pour daltonien sous Linux

J’ai découvert totalement par hasard un jeu de filtres pour daltonien fonctionnant sur l’environnement de bureau Gnome. Son petit nom ? colorblind-applet.
Il est livré en standard sous Debian et plus péniblement, sous Ubuntu. Cette dernière distribution englobe pourtant Gnome Magnifier (paquet gnome-mag), le projet père mais allez savoir pourquoi, sans l’applet pour daltonien.

Petit tour du propriétaire et mise en application dans le cas du développement Web.

Présentation rapide du daltonisme

Se mettre dans la peau d’un daltonien, ou voir à travers ses yeux, est une chose difficile. Comment imaginer le rendu des couleurs ? Et surtout, comment l’imaginer en fonction du daltonisme ?
Il faut savoir qu’il existe plusieurs variations de cette anomalie de perception de couleurs :

  • mauvaise perception du rouge
  • pas de perception du rouge
  • mauvaise perception du vert
  • pas de perception du vert
  • mauvaise perception du bleu
  • pas de perception du bleu

À cela s’ajoutent également des combinaisons possibles entre ces différentes variantes. Pour plus d’informations, je vous invite à consulter l’article sur le daltonisme sur Wikipédia.
Et pour votre gouverne, être daltonien ne signifie pas être handicapé. Les personnes atteintes de cette anomalie (environ 8% des hommes en France, même pas 1% de femmes) ne peuvent donc pas être reconnues comme telles.

Chiffre 37, invisible pour les personnes atteintes de protanopie

Pour savoir savoir si on est daltonien, il suffit de regarder les images des planches du test d’Ishihara. Peut-être la “mauvaise” nouvelle du jour ?

Présentation de colorblind-applet

Mais alors, que vient faire colorblind-applet dans tout ça ?
Cet applet pour Gnome est un “simple” filtre de visualisation. En clair, il altère la colorimétrie de votre écran pour l’afficher comme si vous étiez daltonien.
Jusqu’à présent j’utilisais Color Oracle puisque présenté avec conviction sur Ergophile.

colorblind-applet me convient toutefois davantage pour les raisons suivantes :

  • il peut se piloter entièrement via des raccourcis clavier (activation, désactivation, navigation entre les filtres)
  • son utilisation est persistante : il reste actif tant qu’on ne le désactive pas (Color Oracle enlève le filtre au moindre clic de mémoire)
  • il demande peu de ressources machine, intégration directe dans Gnome oblige (Color Oracle est en Java)

En clair je résumerais comme suit :

  • vous êtes sous Linux et plus particulièrement dans un bureau à base de GTK ? Utilisez colorblind-applet
  • dans les autres cas, utilisez Color Oracle (compatible Linux, MacOS X et Windows)

Colorblind-applet : contrôles

colorblind-applet en action

Puisqu’une image vaut davantage qu’un long discours (trop tard me direz-vous ;-)), voici une série d’images présentant mon bureau de travail ainsi qu’un navigateur Web ouvert sur la page de Planète Accessibilité.

Capture d'écran d'origine

Filtre réglé sur "Selective Green Desaturation"

Filtre réglé sur "Negative Hue Shift"

Plusieurs choses à noter :

  • les teintes blanches sont épargnées
  • les autres couleurs changent en revanche du tout au tout en fonction du type de daltonisme
  • jouer sur les couleurs n’est pas suffisant pour faire passer un message aux utilisateurs
  • ça ne doit pas être évident de parcourir le Web et ses multiples couleurs tous les jours : la désaturation de vert pique particulièrement les yeux
  • et par extension, il me paraît très difficile de produire une charte graphique convenant à tous les types de daltonisme

Je serais curieux d’avoir des retours de personnes ayant déjà eu à travailler avec cette déficience, les bonnes pratiques de conception et tout autre conseil avisé.

Vos réactions