☕️ Journal : Entretien avec un·e délégué·e à la vie associative (Drôme)

J'ai contacté le délégué à la vie associative de la Drôme pour préparer la transformation de mon outil de travail.

Un des points qui interroge : on est 3, 2 co-dirigeant·es partent, et 5 arrivent — mais sans rôle de dirigeant·e. Ça concentre tout pouvoir associatif dans une seule personne, salariée et dirigeante.

Ce que je retiens de notre échange :

  • la personne suggère une co-présidence, avec une explicitation des responsabilités ;
  • la personne comprend le fonctionnement actuel comme étant celui d'une SCOP, sans être assimilé au réseau des SCOP ;
  • la personne note de suite que le principe de subordination ne sera pas respecté ;
  • les risques d'une association sont de ne pas payer l'impôt sur les sociétés ni la TVA ; ou l'URSSAF dans le cas des salariés ;
  • l'autre risque majeur est l'exploitation des bénévoles par le groupe dirigeant.