☕️ Journal : Demander la tarification sociale de l'eau

Dans la continuité de l'historique sur la privatisation de l'eau, je découvre le concept de tarification sociale de l'eau (à écouter à partir de 0'56).

Aujourd'hui, le fonctionnement tarifaire est le suivant : plus on consomme d'eau, moins l'eau coûte cher. Les plus gros consommateurs d'eau obtiennent des tarifs réduits. Ça marche pareil pour le gaz et l'électricité.

Un gérant de syndicat des eaux de la vallée de la Drôme expliquait : si on consomme moins d'eau au niveau d'une commune, le coût d'exploitation reste le même donc le prix au m3 augmentera. Autrement dit, si tout le monde se met à économiser de l'eau, le coût global augmente — à consommation moindre, la facture individuelle restera(it) identique.

La tarification sociale propose quelque chose de différent, car elle considère l'eau comme une ressource vivante et limitée. Son principe est inverse : plus vous consommez d'eau, plus vous payez. Les gros consommateurs ont un impact négatif sur l'environnement, donc ils doivent assumer.

Par ailleurs :

  • les premiers m3 sont gratuits — l'accès à l'eau est un droit garanti ;
  • le tarif est gradué en fonction des usages — le tarif augmente au-delà d'un certain usage ; les piscines et l'irrigation à base d'eau potable ont un impact négatif qui est à assumer.

C'est donc une incitation à l'économie qui est faite, et une majoration en cas de dégradation de la ressource.