☕️ Journal : Un bureau pour travailler

On est arrivé à Crest au bout d'une année d'itinérance. Quelques affaires, un canapé, une commode. Du coup, on a organisé l'espace par itération, en mettant les choses là où elles servent, là où on les cherche/retrouve naturellement.

La cuisine et le salon ont gagné en confort en août, mais je n'avais pas encore d'espace de travail dédié. Un endroit hors du passage, où je puisse passer mes appels sans déranger.

Je me suis fixé ces contraintes :

  • je ne veux pas acheter en neuf — mais trouver d'occasion ou construire par moi-même ;
  • je veux du bois massif — si possible sourcé localement ;
  • l'éclairage est indirect — j'aime la lumière diffuse, douce et chaleureuse.

J'ai trouvé une paire de trépieds pour une poignée d'euros, une planche en pin massif pour 20€ et une lampe d'atelier pour 55€ — c'était plus cher, mais modulaire.

L'alimentation électrique se désactive au pied : pas de consommation électrique suite à un chargeur resté branché en mon absence. J'ai un chargeur de voyage dans le sac à dos pour ne pas avoir à brancher/débrancher des choses sur la multiprise.

Les prochains éléments seront des rangements (mes archives photographiques, le matériel de facilitation), du branchement (pour concentrer les appareils et déplacer les câbles sous la table) et de quoi poser tasse et théière sans abimer le bois.

Première étape du bureau modulaire (décembre 2019)